mardi 27 juin 2017

Le parc de procés.



Il y a quelques semaines, nous sommes allés au parc de Procès de Nantes.

C‘était une première et c’était vraiment très sympa.

Il faisait super beau, nous y avons pris le goûter avec les copains, nous avons couru, joué à cache-cache, et surtout, surtout, les enfants ont fait du bobsleigh.

Les enfants ont adoré, il n’y a pas un week-end ou ils ne réclament pas pour y retourner, il faut dire que c’est un lieu un peu hors du temps, le parcourt est assez court mais visiblement il fait son effet, et le tarif est dérisoire ce qui ne lui enlève rien !



Il n’y a pas eu de cris, pas de hurlements, pas de pleurs juste de la bonne humeur, Raphaël grandit en ce moment et selon les jours nous arrivons à passer de très bons moments.

Cette journée en fut une.

Je vous partage quelques instants.









jeudi 6 avril 2017

Celle qui essayait les couches lavables







Nous avions hésité pour Nina, pour Raphaël, et aussi pour Rose.

Les couches lavables ça ne fait quand même pas super rêver, sans compter que je ne suis pas la reine de l’organisation du linge et que j’ai un peu la trouille d’être enseveli sous tout ça.

J’avais peur des odeurs, des taches, de la tolérance des fesses de bébé au tissus humide, du côté encombrant quand on sort. Bref je n’étais pas convaincu.

Il faut dire ce qui est c’est quand même super pratique de jeter la couche sale sans se demander d’où elle vient, ce qu’elle devient après utilisation, combien de litres d’eau sont utilisés pour la fabriqué et surtout ce qu’elle contient (la politique de l’autruche ça me connais plutôt bien, même si je me soigne).

 

 

 

 
 
 


Après avoir lu l’étude sur les couches du n°523 de « 60 millions de consommateurs » du mois de Février, l’autruche que j’étais à vraiment VRAIMENT, culpabilisé il fallait que je trouve une solution.

Je ne pouvais pas continuer à mettre des couches pleines de glyphosate (tsé le principe actif du Round up le truc qui tue les plantes mais pas les fesses de bébé…) et autres pesticides, dioxines, et allergènes….

Alors attends Chacha , t’emballes pas hein regardes sur les paquets : Ha bah non ! Je peux pas la couches n’est pas un cosmétique le fabricant n’est pas obligé de mettre sa composition dessus.

Si ça peut te rassurer il ne s’agit que de « traces » de substances toxiques, mais moi ça ne me rassure pas, c’est même pire ca m’inquiète. Nous avons toujours acheté des couches de marques pour etre certains que bébé avait le meilleur et bien figures toi que les P**pers, sont pires que les autres…

Bref après quelques jours de réflexion, à me renseigner à propos des lavables : JE ME LANCE !

Je ne sais pas si ça nous conviendra mais je dois essayer. Après tout qui ne tente rien n’a rien.

Rendez-vous dans quelques temps pour faire bilan.



A très vite.

Chacha















jeudi 2 février 2017

A ma place.




Quand j’étais petite ma mère m’a dit un jour, que chaque personne a un rôle à jouer dans la vie, petit ou grand chacun à sa place et la mérite.

mardi 29 novembre 2016

La petite soeur.






 41 Semaines à l‘attendre, elle était tellement attendu.

Et malgré tout, elle est arrivée en un clin d’œil.

Le travail a été très court, a peine 3h entre notre départ de la maison et son arrivé dans notre vie.


Je me suis dépassée,  J'ai fais ce que je me croyais incapable d’accomplir.


Accoucher sans péridurale (je sais, je ne suis pas la première…) surtout quand tu ne l’as pas prévu, c’est paniquer. Crier. Avoir peur. Crier. Penser à ton homme et à son impuissance. Crier. Maudire l’anesthésiste qui n’est toujours pas là. Crier. Pleurer sans larmes. Crier. Penser aux autres couples et te dire que tu vas leur faire peur et t’excuser entre deux contractions. Crier encore. N’être que douleur et spasmes. Etre comme à côté de son corps, spectatrice de son propre accouchement. Prendre sur toi, faire face et tout donner.


Et puis, le réveil. Elle était là sur moi, avec ses 10 doigts et ses 10 orteils, respirant pleurant et toutes les douleurs ont disparues, plus de peur, plus d’angoisses, rien que la plénitude. 

Si c’était à refaire je recommencerais immédiatement.


Quelques heures plus tard j’avais les grands au téléphone  qui voulaient savoir s’ils avaient un petit frère ou une petite sœur.





Nous étions parents pour la troisième fois et pourtant, ça nous a fait le même effet que pour la première.

Elle nous a rapproché, soudé même, j’ai vu la terreur dans les yeux de l’amoureux, j’ai vu son impuissance face à ma douleur et j’ai trouvé ça beau. Je l’aime un peu plus à chaque enfant, un peu plus chaque jour, j’ai de la chance.


Elle est toute chevelue comme sa sœur, elle a des joues à bisous comme son frère, les oreilles et le nez de son père, un regard indéchiffrable, un calme olympien, mais elle est elle-même. 
Elle est ROSE.
La petite soeur.


Elle s’est posée en douceur sur mon cœur de maman, nous apprivoisons cette nouvelle vie.




Nous sommes maintenant à la tête d’une merveilleuse tribu.

Que l'aventure commence !


Bonne journée.

A très vite.